fbpx

01
Jun

IMPORTANCE OF MARINE LIFE AND POSSIBILITY OF SUSTAINABLE FISHING

 

Since the release of Netflix’s documentary “Seaspiracy”, this may be amid the most discussed subjects online: is sustainable fishing possible at all? Seaspiracy points out a numerous phenomenally crucial and alarming facts with respect to the marine life, as well as commercial fishing methods. Although some information revealed in the documentary remains merely as claims, one cannot deny that conservation of oceans is of utmost importance in order to guarantee the future of our planet!

Why is marine life of great importance?

First and foremost, marine food chain has been in peril which is extremely undesirable as significant loss in the chain might cause great danger. Seaspiracy presents a considerably useful example in order for us to deeply understand the gravity of the situation. In the marine food chain, level one, as being the top of the food chain, consumes level two in order to survive. Then, level two eats level three. In case that population of level one reduces, then level two will automatically overpopulate and possibly wipe out all their food supply, which is level three. In such case, level two will not have any food in the future that is vital for their survival. Consequently, protecting level one means preventing each level in the marine food chain from going extinct.

Conserving marine ecosystem does not solely affect the marine food chain. As we are all quite aware that seabirds feed on fish. Predator fish drive the shoals of tiny bait fish to the surface, and this circulation help seabirds catch their food easily. Removing predator fish from this equation, in other words overfishing, will impact the food supply of seabirds adversely, hence their chance of survival. Seaspiracy highlights the fact that the abundance of seabirds has decreased by nearly 70% since the 1950s, which correlates directly with deterioration of marine habitats, as well as overfishing.

The future of our planet also depends on the sustainability of the oceans. Global warming has been going on at an outrageous pace, and as we all know, the most effective course of action can be reducing the carbon footprint per person. Even though increasing scale of forestation might sound like the best possible way to conquer such daunting issue, some alternative and potentially best solution-oriented ways might be out there as well. Right at this point, we should remark the fact that when dolphins and whales swim back up to the surface in order to breath, they fertilize small marine plants in the ocean, phytoplankton, which annually absorbs four times the amount of carbon dioxide than the Amazon rain forest does and produces up to 85% of the oxygen in the air. Moreover, per acre, coastal plants are capable of reserving up to 20 times more carbon than forests on land. Marine vegetation, algae, and coral store 93% of all the world’s CO2 in the ocean. As it can be seen from such striking facts, protecting the ocean is extremely of the essence when it comes to our collective fight to defeat global warming.

How fishing methods affect marine populations?

It would be wise to highlight the fact that what we would like to draw attention here is uniquely the industrialised fishing methods. Speaking of which, bycatch is among the most utilized commercial fishing practices across the globe. It aims to harvest fish, whereas some other marine species, such as dolphins, sharks, whales, marine plants, and so on, are also caught accidentally in fishing nets in addition to target species. Such unintentionally caught species are however not being released back into the ocean when they are still alive. The vast majority of them suffer and end up dying in fishing boats. Researches presume that approximately 40% of sea creatures that are caught by bycatch fishing method are being thrown back in the ocean and more often than not without the chance of survival. In fact, it is estimated that more than 300,000 dolphins and whales, as well as over 50 million sharks die annually due to unacceptable bycatch fishing practice.

Seaspiracy also encourages the audience, who believes that industrial fish farming method could be a secure and sustainable environment for marine life, to revisit their thoughts/practices. The fact is half of world’s seafood supply is being delivered from fish farms. However, a variety of issues are involved with this particular commercial fishing practice. For one, fish farms cause diseases such as anemia, lice infestation, infectious diseases, chlamydia, heart disease, and so on. For another, feeding technique used in fish farms cannot be considered sustainable in any way. Fish farm owners claim that producing one kilogram of farmed salmon requires solely 1.2 kilograms of feed. The feed is not only excessively processed, but also is made of dried fish meal and extracted fish oil, which necessitates an immense number of fish to produce. Accordingly, the truth is enabling fish production in fish farms requires in fact more fish.

How can we contribute to a positive change?

It begs the question, is sustainable fishing possible at all? The answer is clear: sustainable fishing is not achievable though industrialised fishing methods. At Green Schools Green Future, we contemplate to build sustainable fish farms in which obviously no fish goes to waste as it is the case in all commercial fishing practices. In our green schools, our curriculum includes teaching the students sustainable fish farming and its importance for the future of our planet. This way, we don’t only build sustainable fish farms, but also sustainable minds that will keep creating sustainable projects in the future. What is more sustainable than this?

L’IMPORTANCE DE LA VIE MARINE ET LA POSSIBILITÉ DE PÊCHE DURABLE

Depuis la sortie de l’impressionnant documentaire Netflix “Seaspiracy”, cela pourrait être l’un des sujets les plus discutés en ligne: la pêche durable est-elle possible? Seaspiracy souligne de nombreux faits phénoménalement importants et alarmants en ce qui concerne la vie marine, ainsi que les méthodes de pêche commerciale. Bien que certaines informations révélées dans le documentaire ne soient que des affirmations, on ne peut pas nier que la conservation des océans est de la plus haute importance pour garantir l’avenir de notre planète.

Pourquoi la vie marine est-elle d’une grande importance?

Premièrement, la chaîne alimentaire marine est en péril et cela est extrêmement indésirable car une perte importante dans la chaîne pourrait entraîner un grand danger. Seaspiracy présente un exemple considérablement utile pour nous permettre de comprendre profondément la gravité de la situation. Dans la chaîne alimentaire marine, disons, le premier niveau étant au sommet de la chaîne alimentaire, il consomme le deuxième niveau pour survivre, puis le deuxième niveau se nourrit du troisième niveau Dans le cas où la population du premier niveau diminue, le deuxième niveau surpeuplera automatiquement et épuisera toute sa nourriture, qui est le troisième niveau. Dans ces conditions, le deuxième niveau n’aura plus de nourriture vitale à l’avenir pour survivre. Par conséquent, protéger le premier niveau signifie d’empêcher que chaque niveau de la chaîne alimentaire marine ne s’éteigne pas.

La conservation de l’écosystème marin n’affecte pas uniquement la chaîne alimentaire marine. Comme nous le savons tous, les oiseaux marins se nourrissent de poissons. Les poissons prédateurs poussent les bancs de petits poissons-appâts à la surface et cette circulation aide les oiseaux marins à attraper facilement leur nourriture. Retirer les poissons prédateurs de cette équation, autrement dit la surpêche, aura un impact négatif sur l’approvisionnement alimentaire des oiseaux marins, d’où leurs chances de survie diminue. Seaspiracy met en évidence le fait que l’abondance des oiseaux marins a diminué de près de 70% depuis les années 1950 et cela est directement corrélé à la détérioration des habitats marins ainsi qu’à la surpêche.

L’avenir de notre planète dépend également de la durabilité des océans. Le réchauffement climatique se déroule à un rythme effréné et, comme nous le savons tous, la solution la plus efficace consiste à réduire l’empreinte carbone de chacun. Même si l’augmentation de l’échelle du boisement peut sembler être le meilleur moyen possible de résoudre un problème aussi colossal, des solutions alternatives et potentiellement les plus orientées vers des solutions pourraient également exister. À ce stade, nous devons remarquer le fait que lorsque les dauphins et les baleines remontent à la surface pour respirer, ils fertilisent de petites plantes marines dans l’océan, le phytoplancton, qui absorbe annuellement quatre fois plus de dioxyde de carbone que la forêt Amazonienne, et produit jusqu’à 85% de l’oxygène de l’air. De plus, à l’acre, les plantes côtières sont capables de retenir jusqu’à 20 fois plus de carbone que les forêts terrestres. La végétation marine, les algues et les coraux absorbe ou compte jusqu’à 93% de tout le CO2 mondial dans l’océan. Comme on peut le voir à partir de faits aussi frappants, la protection de l’océan est extrêmement essentielle lorsqu’il s’agit de notre combat collectif pour vaincre le réchauffement climatique.

Comment les méthodes de pêche affectent les populations marines?

Il serait judicieux de souligner que ce sur quoi nous souhaitons attirer l’attention, ce sont uniquement les méthodes de pêche industrialisées. D’ailleurs, les captures accessoires font partie des pratiques de pêche commerciale les plus utilisées dans le monde. Elles visent à tout pêcher alors que certaines autres espèces marines, telles que les dauphins, les requins, les baleines, les plantes marines, etc., sont également capturées accidentellement dans les filets de pêche en plus des espèces cibles. Ces espèces capturées involontairement ne sont cependant pas relâchées dans l’océan lorsqu’elles sont encore vivantes. La grande majorité d’entre elles meurent dans des bateaux de pêche. Les recherches supposent qu’environ 40% des créatures marines capturées par la méthode de pêche par capture accessoire sont rejetées dans l’océan et le plus souvent sans chance de survie. En fait, on estime que plus de 300,000 dauphins et baleines, ainsi que plus de 50 millions de requins meurent chaque année en raison de cette pratique de pêche.

Seaspiracy encourage également le public, qui estime que la méthode de pisciculture industrielle pourrait être un environnement sécure et durable pour la vie marine, à revoir ses mesures. Le fait est que la moitié de l’approvisionnement mondial en produits de la mer provient d’exploitations piscicoles. Cependant, une variété de problèmes sont liés à cette pratique d’élevage commerciale particulière. D’une part, les fermes piscicoles provoquent des maladies telles que l’anémie, l’infestation de poux, les maladies infectieuses, la chlamydia, les maladies cardiaques, etc. D’autre part, la technique d’alimentation utilisée dans les exploitations piscicoles ne peut en aucun cas être considérée comme durable. Les propriétaires de fermes piscicoles affirment que la production d’un kilogramme de saumon d’élevage ne nécessite que 1,2 kilogramme d’aliments. L’aliment n’est pas seulement excessivement transformé, mais est également composé de farine de poisson séchée et d’huile de poisson extraite, ce qui nécessite une immense quantité de poisson à produire. En conséquence, la vérité est que permettre la production de poisson dans les exploitations piscicoles nécessite en fait plus de poisson.

Comment pouvons-nous contribuer à un changement positif?

Cela soulève la question suivante: la pêche durable est-elle possible? La réponse est claire: la pêche durable n’est pas réalisable avec des méthodes de pêche industrialisées. Chez Green Schools Green Future, nous envisageons de construire des fermes piscicoles durables dans lesquelles évidemment aucun poisson ne sera gaspillé comme c’est le cas dans toutes les pratiques de pêche commerciale. Dans nos écoles vertes, notre programme comprend l’enseignement aux élèves de la pisciculture durable et de son importance pour l’avenir de notre planète. De cette façon, nous ne construisons pas seulement des fermes piscicoles durables, mais aussi des esprits durables qui continueront à créer des projets durables à l’avenir. Qu’est-ce qui est plus durable que cela?

 

Written By Begüm Onar

 

 

Sources: Netflix Seaspiracy documentary  

Leave a Reply

You are donating to : Green Schools Foundation

How much would you like to donate?
$10 $50 $100
Name *
Last Name *
Email *
Phone
Address
Additional Note
Loading...
en_USEnglish